• Sorties Janvier 2016

    Dimanche 31/01/2016 : Petit crachin, presque pas de cyclos
    Par Alain Darville

    L’hiver s’est remis en mode automne, le problème est qu’alors, il pleut. Et quand il pleut, il y a encore moins de monde que quand il fait froid. Mais comparé à samedi (hier) où ce fut la tempête, le vent et la pluie, ce dimanche, c’était presque l’été. Et Eric me dit qu’il a roulé hier, avec sa combinaison de plongée.

    Petite cérémonie, pour remettre à Eric sa magnifique coupe FFBC pour ses largement plus de 2000 km accomplis en 2015. Il se dit qu’il a une pièce dans sa maison où sont regroupés toutes ses coupes et tous ses trophées depuis qu’il est à l’Aurore.

    Question cyclos, aujourd’hui, ce n’est donc pas la quantité qui compte, mais c’est la qualité ( : et surtout la motivation qui compte.

    Pascal, Eric et moi, nous partons, pour en fait un parcours improvisé, on ne sait même pas ce qu’on va faire comme kilomètres. J’ai bien en tête un 80 km, mais avec mes deux lascars, ce ne sera pas facile. Finalement, l’improvisation, ce n’est pas plus mal, et en plus les autres doivent m’attendre. Enfin, je devrais plutôt dire, devraient m’attendre.

    Nous partons donc, sur base du A, pour enchainer ensuite sur le 90 km du triangle. Eric a bien des tendances à faire son propre parcours, mais dans l’ensemble il arrive à se tenir. C’est Pascal qui aime bien les longues lignes droites. Il faut faire avec, le viendrai avec un cycling-talky la prochaine fois. Pour ne pas faire 40 km, il faut faire un parcours tout à fait inhabituel pour arriver à faire quelque chose de convenable. On part donc direction Vilvorde, ensuite direction Meise, puis Wemmel, et puis l’autoroute (enfin pas sur, au-dessus) où on rejoint le triangle. On finit avec un tout petit 70 km. Pour une fois que je viens à vélo de chez moi, avec mes détours, je frôlerai les 100 km. Les BRMs approchent…

    Il pleut sans arrêt, un petit crachin, sans trop de vent. Avec mon cyclo-cross, même si c’est un peu plus dur, la pluie, les flaques, la boue, cela ne me dérange plus. Je n’ai plus mal au cœur quand je vois mon vélo à l’arrivée. Ma question est : Quand est-ce que je vais encore rouler avec mes autres vélos ? Malgré cette question existentielle, nous avons passé une bonne matinée.

    _______________________________________________________________________________________

    Samedi 30/01/2016 : Assemblée générale FFBC à Jupille

    Remise des prix pour les supre-randonneurs 2015 (BRM 200- 300 - 400 -600 km)

    Les lauréats FFBC du club: Patrice Martin, André Vaneeckhout et Alain Darville (à gauche sur la photo).

    12622037_10208667971085188_8481229022778640767_o.jpg

    12622403_10208667969165140_1905715651259823379_o.jpg

    IMG_0284.JPG

    ____________________________________________________________________________________________

    Dimanche 17/01/2016 : Changement de programme
    Par Alain Darville

    L’hiver est arrivé, il fait froid et ça glisse. Que faire ? Rouler, ne pas rouler. Comme je sais que quoi qu’il arrive, Eric sera là, j’y vais, au RDV club de 9h, à tout hasard. Eric est bien là. Mais les routes légèrement glissantes de Bruxelles se sont transformées en patinoire avec une petite couche de neige/glace. La température à l’extérieure d’une ville est de 2° de moins, et cela suffit à rendre les routes impraticables. Devant ce constat affligeant, nous nous apprêtons à rentrer chez nous, quand Pierre-Yves arrive sur son vélo. Donc c’est possible !! Mais il nous décourage bien vite, en nous disant que ce n’est franchement pas une bonne idée d’y aller.

    C’est trop bête, on est là, on va rouler, mais pas ici. Eric nous dit que dans sa région d’adoption, il n’y a pas de neige, ni de verglas, donc il va retourner chez lui, pour rouler. Nous allons le suivre (en voiture). Nous allons rouler à Peronnes-Lez-Binche. Ouskecè ? Pas loin de Strépy-Bracquegnies (La Louvière). Il ne faut faire « que » 50 km pour y aller.

    Mais le rue d’Eric qui devait être sèche est aussi une patinoire. La neige n’est pas là, mais le verglas bien. Puisqu’on y est, on y va. On va éviter les routes salées et sans glace pour prendre les ravels glacés et glissants (au fou). Mais on reste debout sur nos roues (je ne sais pas trop comment). Dans les montées, même assis sur ma selle, la roue arrière patinait de temps en temps. Nous finissons par arriver au Canal du centre avec ses ascenseurs hydrauliques. Nous allons les faire en prenant la direction de la France. Il fait beau, le soleil est là, il chauffe la route, la glace à fondu, et hop, on roule enfin à une vitesse supérieure à 15 km/h. La France est tentante, mais il est déjà 11h30, on a fait 31 km, il serait peut-être temps de faire demi-tour.

    Nous retournons sur nos traces direction La Louvière. Mais trop confiant, pensant que l’été était revenu, devant la Cantine des Italiens, dans le virage pour attaquer la montée de l’ascenseur, ma roue arrière se dérobe. Il restait de la glace. Et je m’étale. Et je fais une fameuse glissade. Mais j’ai réussi à tomber sans me faire mal (ça change). Mais nous allons ralentir l’allure. Pas envie de finir dans le canal. Le retour chez Eric se passe sans problème, même s’il faut rester vigilants, les zones où le soleil ne passe pas restant glissantes.

    Nous avons quand même fait 60 km, pas trop vite, mais finalement ce fut une belle matinée ensoleillée, sans trop de vent, même le froid n’était pas trop froid. C’est une belle région où habite Eric, il y a sans doute un tas de coins à explorer.

     

    ______________________________________________________________________________________

    Dimanche 11/01/2016 : On change de parcours
    Par Alain Darville

    Il parait qu’on fait toujours les même parcours. Qui ose dire cela ? On fait bien des variantes en mélangeant les A et les triangles, mais bon c’est vrai on commence à connaître tous les trous, les bordures, les côtes, les descentes, où il faut attaquer, où on sait qu’on va souffrir, etc…

    Comme il fait toujours aussi beau, bientôt l’hiver va durer deux semaines en Belgique, c’était le moment de ressortir un vieux parcours un rien plus difficile : 72 km et 618 m de dénivelé, coté 83/100 en difficulté (je rigole, mais bon, pour l’hiver peut-être) sur RouteYou. Nous allons faire quelques montées en passant par  : Beersel, Dworp, Bois de Halle, Clabecq, Ittre, Rouquières, Houssière, Virginal, Tubize et retours par le canal.

    Michel arrive en retard et rate le train, mais c’est sans doute un acte manqué. « Selon les conceptions de la psychanalyse, l'acte manqué s'avère un acte réussi. Il s'agit en fait de la réalisation d'un désir inconscient. Le sujet croit échouer, mais éprouve une satisfaction pulsionnelle inconsciente. » Dixit Wiki.

    Les autres courageux/inconscients/pas au courant sont bien là au départ. Daniel et Guy vont nous voir partir et on ne les reverra plus, Jean-Louis a pris les commandes, suivis de Pierre-Yves, Eric, Pascal, Eric II, Jean-Paul et moi avec mon bête vélo des labourés.

    Une fois le canal franchi, c’est parti. Le Bruineput est là pour l’échauffement. Eric et Pierre-Yves sont déjà loin quand on arrive en soufflant au sommet. Le Bruineput est un petit mont entre Beersel (lot) et Dworp pas bien difficile :

    Sommet               116 m

    Loclité                  Dworp

                                   Coté-Lot           Coté-Dworp

    Démarrage         Kesterbeek,Lot    Gravenhof,Dworp

    Dénivelé              66 m                 85 m

    Longueur             800 m               900 m

    Pente
    moyenne-%        
    8,3%                9,4%

    Pente Max           14%                   ?%

    On a donc fait le côté facile (comme je le disais) et maintenant, pas le temps de souffler, nous allons dans le Bois de Halle superbe au printemps avec son parterre de jacinthes bleues. L’hiver est chaud, mais le printemps n’a pas encore commencé, les fleurs ne sont pas là, mais bien les joggeurs. Eric II crève un pneu pour nous permettre de souffler un peu.

    Ensuite, c’est une grosse descente vers Clabecq, Jean-Louis arrive toujours à me souffler en descendant à toutes vitesses. Ensuite c’est la très longue montée vers Ittre et sa prison. L’enchainement des montées commence à en user quelques-uns, le vent de face ne rend pas la progression très facile. Pascal finit par tomber sans rien dire, on l’attendra plus tard. Il n’a rien comme bobo. Jean-Paul à court d’entrainement va nous abandonner et rentrera par le canal à Ronquières. Eric II qui prend des muscles chaque fois qu’on le voit commence à me faire peur. Il est soi-disant fatigué, mais accélère quand j’accélère pour m’expliquer son entrainement de body-builder.

    La dernière grosse difficulté en partant de Ronquières est là : Nous allons passer par Henripont et Houssière. Eric et Pierre-Yves en profitent pour prendre la poudre d’escampette sans rien dire.

    Maintenant le vent est dans le dos, ça va rouler tout seul. Mais avec mon vélo, tout seul, c’est 35 km/h, pas 45 km/h comme les autres, donc le long du canal ce sera en solitaire. Nous retrouvons Jean-Paul avec une crampe mémorable pas loin de l’arrivée. Les deux fuyards sont déjà à la maison et ont déjà pris leur douche.

     

    La fin de parcours de Pierre-Yves, dixit le même :

    On 'avalait' les côtes à notre rythme, puis l'écart s'est probablement progressivement creusé... Cela me conforte dans le mon bon choix de vélo pour cette sortie ! (tu as du en baver Alain, mais tu seras d'autant plus fort pour la saison des BRM's et avec mon vélo à handicap, les rôles seront alors inversés!)

    1X sorti de la vallée, à Viriginal, avec le vent dans le dos, on s'est fait plusieurs km à + de 45 kmh ;-) Et on a dépassé J-P le long du canal ...

    A propos d'Eric, n'ayant pas la trace gps, il m'a dit 'je suis ton boulet' ... mais personnellement je n'ai jamais vu de boulet qui est devant celui qui est sensé tirer !!!!

    Le parcours était super, varié et 'relevé', suffisamment long, quand tu veux pour d'autres initiatives ! ;-)) 

     

    Quant à Michel :

    Ce matin, arrivant à 9h01 et me garant sur le parking du barca je vis passer un groupe de cyclotouristes jaune et bleu.

    Levant la main pour saluer mes amis du club de la pédale, je les vis foncer vers pour prendre leur allure de croisière. Sûrement 28 de moyenne.

    Tous passèrent non loin de mon nouveau véhicule ce qui explique le fait qu'ils ne m'ont pas aperçu.

    Je parti donc avec le groupe Z pour un petit 40 le A en l'occurrence

    Souvent devant , affrontant le vent très puissant ce matin, je gravi les km.

    De temps en temps je me laissais aller à l'arrière du minuscule peloton pour souffler un peu mais rapidement je me retrouvais en tête.

    Au milieu du peloton je m'ennuyais et je préférais faire la chasse devant dans ce beau soleil

    J' espérais à tout moment retrouver le dos de Jean Louis ou de Philippe pour m'abriter un peu..

    Poussant sur les pédales, j'essayais tant bien que mal de garder un bon rythme bravant le dieu Eole.

    Au milieu des cols hors catégorie, jjean courageais mon dérailleur arrière de suivre et de sourire un peu plus.

    Je mis un point donneur à faire dépasser mon groupe, 2 cyclistes qui......étaient à l'arrêt.

    Dans la dernière côte je mis le grand braquet (32) pour finir en beauté et termina 1er de mon échappée de mes 41km.

    Heureux d'avoir braver ces km très souvent comme ouvreur et d'engranger des km en vue du mois de juin...

     

    Le parcours:

    http://www.routeyou.com/fr-be/route/view/4217675/itineraire-a-velo/halle-ronquieres

    __________________________________________________________________________________

    Lire la suite